Ai-je intérêt à renégocier mon prêt ?

Lorsque le taux d’intérêt des prêts immobiliers baisse, il est possible de songer à une renégociation du taux de votre crédit et éventuellement de la durée. En premier lieu, c’est auprès de votre banquier que vous tenterez d’obtenir de meilleures conditions. Toutefois, pour apprécier au mieux les avantages de cette renégociation, vous devez tenir compte de l’écart existant entre le nouveau taux et le taux initial mais aussi des pénalités de remboursement anticipé (ne pouvant être supérieures à 3% du capital restant dû),des frais d’étude et d’ouverture de dossier dus à la banque et de la période à laquelle vous sollicitez cette négociation. En effet, vous avez intérêt à renégocier votre prêt si vous êtes plus prêt du début que de la fin du remboursement de votre prêt. A défaut d’entente avec votre banquier, vous serez contraint de vous adresser à d’autres banques pour obtenir un nouveau prêt. Il s’agit alors d’un prêt substitutif. Dans ce cas, il faut tenir compte en plus des éléments énoncés ci-dessus des frais d’acte, qui sont plus ou moins élevés selon la nature de l’opération : – si le prêteur initial accepte de céder son rang dans l’inscription hypothécaire au nouveau prêteur, seule une quittance subrogative sera nécessaire, – par contre, s’il n’accepte pas, le notaire devra rédiger un acte de mainlevée après le remboursement du prêt initial puis prendre une inscription hypothécaire pour le nouveau prêt sauf à se prévaloir de l’Art.1250-2e du Code Civil qui permet d’opérer la subrogation sans le concours du créancier initial.